eXTReMe Tracker
Get Adobe Flash player
Ours & poupées Archives de la poupée Bleuette et la semaine de Suzette

Bleuette et la semaine de Suzette

Bleuette s’invite dans La Semaine de Suzette

 

Née dans La Semaine du Suzette il y a plus de cent ans, la poupée Bleuette a assuré en grande partie le succès du magazine. Intimement liés, la poupée et le magazine ont fait rêver des milliers de petites filles et… de collectionneurs.

 

Naissance dans un journal. Déjà éditeur du périodique pour adultes Les Veillées des chaumières, Henri Gautier lance en 1905 une publication périodique pour petites filles intitulée La Semaine de Suzette. Il y  présentera une prime attachée à tout abonnement : une poupée nommée  Bleuette. L’idée de proposer une poupée aux lectrices d’un journal avait déjà été exploitée avec succès auparavant. Il faut se souvenir de la «poupée modèle » (1863-1924) et de ses habits pour Lily, du poupon Benjamin et son trousseau. La Semaine de Suzette paraîtra jusqu’en 1960,  proposant régulièrement à ses lectrices la poupée Bleuette, sa grande soeur  Rosette, son petit frère Bambino, la poupée Bécassine et des patrons de couture pour habiller toute la petite famille.

 

La fabrication de Bleuette

Dès la première apparition de Bleuette, Henri Gautier doit faire face à une avalanche de commandes. Les 20 000 poupées, commandées à la société française de bébés jouets (S.F.B.J) sont vendues en quelques jours. Le choix du fabricant est important car il faut arriver à un prix modeste, la poupée étant offerte à tout nouvel abonné. La réclame de Bleuette annonce : une «jolie poupée de 27 cm, articulée aux poignets, aux cheveux longs que l’on peut coiffer.» Bleuette évoluera au fil des années et aussi en fonction des sources d’approvisionnement de la S.F.B.J. Il y a donc plusieurs Bleuette à collectionner.

 

 

La Bleuette de 1905

Elle a un visage exceptionnel, aux traits fins, aux yeux en émail soufflé, plus onéreux que ceux en verre. La tête en porcelaine est fabriquée à partir des moules de la célèbre maison Jumeau. Le corps de la poupée est en composition, membres en bois tourné, tronc, jambes et  mains moulées. Après la première livraison de Bleuette, les poupées seront assemblées à partir de têtes importées d’Allemagne. De 1905 à 1933, elle mesure 27 cm, après 1933, elle s’amincit et grandit de 2 cm.

 

La Bleuette après la Guerre de 1914

De nombreux ateliers de poupées sont entrés en activité. C’est le début des poupées en tissus, aux attitudes nouvelles. Bleuette se dote d’yeux mobiles (yeux dormeurs). Le moule dit  « 301 »  fait son apparition.  Au Printemps 1922, Bleuette est commercialisée avec une tête réputée incassable. Les têtes de poupées portant la signature UNIS  sont postérieures à 1924. Ces Bleuette de la période 1924-1935 sont les plus attrayantes, et ce millésime a d’ailleurs obtenu un prix à l’Exposition des Arts Décoratifs en 1925.

 

Les dernières Bleuette de 1948 à 1957

Bleuette de 1955

 

Bleuette souffre de la pénurie et des restrictions de l’après -guerre. La porcelaine des têtes est moins fine et la fabrication de médiocre qualité. En revanche, la garde robe Gautier Languereau  demeure de grande qualité, ce qui donne tout de même une belle allure à ses poupées d’après-guerre. Notre poupée s’essouffle. La S.F.B.J., principal fournisseur de Bleuette, ferme ses portes dans les années 1950. Des tentatives sont faites pour produire Bleuette en Rhodoïd, notamment avec la manufacture Gégé à Montbrison, mais elle ne peut résister face aux nouvelles venues: Bella, Gégé, Petitcollin ou autres Raynal.

 

 

Collectionner les magazines La Semaine de Suzette

La Semaine de Suzette est l’illustré le plus représentatif de la littérature proposée aux petites filles pendant une cinquantaine d’années. Ce magazine a pris la première place auprès de ses jeunes lectrices en proposant une modernisation dans la mise et page et la présentation des textes des histoires et articles. La Semaine de Suzette tenait compte aussi de l’actualité du monde comme la guerre ou  les débuts de l’aviation. Mais la grande vedette fut sans conteste Bécassine qui souleva l’enthousiasme dès son apparition dans la revue. Aujourd’hui, c’est l’un des magazines dans la catégorie le plus recherché.

Le magazine fut hebdomadaire de 1905 à 1946, édité dans un grand format 32 x 22 cm, de 12 à 16 pages. L’édition la plus rare est l’édition reliée dite « reliure éditeur » qui rassemble les fascicules parus en un semestre mais aussi plus rarement d’une année. Après 1945, il existe des reliures éditeur cartonnées blanches (1935), bleues ou encore vertes. De nombreux abonnés ont aussi effectué eux-mêmes des reliures « maison » en assemblant les revues par trimestre ou semestre. On parle alors de reliure « amateur » et il convient lors de l’achat de La de bien faire la différence entre reliure éditeur et amateur.  La seconde accuse une décote de 50% par rapport à la première.

 

 

Pasky

 

Mis à jour (Dimanche, 19 Juin 2011 18:29)